Balade entre les tombes (Sujet Libre)

 :: Les Etats Unis :: New York :: Brooklyn :: Autres endroits Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 21 Juin - 0:08

Balade entre les tombes

- Pixie — Libre -


UNE OU PLUSIEURS PETITES PHRASES/CITATIONS POUR RENDRE LE RP ENCORE PLUS BEAU


Une pluie faible retombait contre les carreaux luisants d'une l'église. Nous étions dimanche, jour de repentit et de confession. Meg' piétinait à sa place, contemplant les alentours légèrement mal à l'aise et inquiète. La plupart des fidèles auraient pu voir en elle l'exception ou le mouton noir du troupeau.. Car Meg n'était pas croyante, mais uniquement là pour se préserver de la bourrasque qui faisait rage. Meg' se m'y à regretter de n'avoir pu trouver refuge qu'ici. Un lieu qu'elle détestait tant. Il n'en restait qu'un rituel lourd, auquel elle ne prêtait guère attention, demeurant plus concentrer sur la fin de cette pluie diluvienne. L’assemblée adhérait aux paroles d'un jeune prêtre, répondant "Amen", en précédent ses paroles "Le Seigneur soit avec vous." Une messe qui n'était pas sans lui rappeler ses vieux démons, desquels la jeune mutante tentaient de se débarrasser depuis que Xavier lui avait demander de réfléchir à sa situation. La messe pris heureusement fin après quelques lectures, offrant l'opportunité à Megan de libérer ses membres engourdie par son immobilité précédente. Un peu mal à l'aise, elle feignit de réfléchir à une attitude qui n'engagerait pas longtemps l'attention pour quitter l'office. La pluie était encore présente, mais la jeune fille préféra subir ce petit supplice pour regagner les rues. Le tout étant de ne pas trop endommager ses bandages, encore trèd présent sur sa paire ailé..

Le regard de Meg' se perdit un instant dans le vide. La foule se dissipait et la jeune fille glissa littéralement entre les gens pour rejoindre l'extérieur. Elle n'avait fait que quelques mètres lorsque qu'un homme encagoulé déboula devant elle les mains chargées. Meg' recula, un peu surprise par cette vision. Elle ne s'avait pas vraiment comment réagir au banditisme, étant d'ordinaire engager pour se confronter à d'autres mutants. Elle en déduit rapidement que cet homme était un voleur, voyant ruisseler sur le sol quelques bijoux venant d'une vitrine en face de son champ de vision. Sans vraiment réfléchir, Pixie se surpris à se mettre à sa poursuite. Cette petite escapade avait émousser son adrénaline, mais Meg' se trouvait assez limiter en étant dépossédée de ses ailes. Alors qu'elle enchaînait les zig, zag derrière le vaux rien, la jeune mutante marqua un temps pour provoquer un nuage rosâtre de sa poudre hallucinante sur le voleur. Celui si stoppa sa course, ses yeux étaient devenu d'un rose éclatant.

Meg' maintenait ses visions, mais elle en profita aussi pour lui souscrire son butin et l'escorter vers une équipe de policier qui arrivait à sa hauteur. Souriante, Meg' les interpella aussitôt
« Je croit que je tiens votre homme messieurs ! »

Croyant obtenir des remerciements, Megan fut assez surprise de voir l'un des deux homme lui demander de ne pas bouger et de reposer sagement les bijoux au sol. Son visage esquissa un regard surprit. Regrettant aussitôt son erreur d'avoir soutirer son butin au malfaiteur..
Un malentendu auquel Pixie n'était pas vraiment préparer et qui eu pour effet de lui faire perdre toute son assurance. Déconcertée, Meg' leva les mains en l'air, attendant que l'un d'eux ne maîtrise le vrai fautif pour prendre la fuite à son tour !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 6 Juil - 11:50
¤ Et encore une fois, mon plan échoue à cause d'un pion trop stupide pour jouer convenablement son rôle... ¤ Pesta intérieurement Ivy, mêlée à la foule dans une tenue civile, en serrant plus fort la poignée de son parapluie déployé.

Elle avait sélectionné ce policier au teint cuivré sur la base de son physique athlétique. Telle une sirène, la criminelle gothamite l'avait attiré à elle d'un simple souffle chargé en aphrodisiaques, pour qu'il s'éloigne de ses collègues patrouillant dans le secteur. Obéissant à ses pulsions, le jeune homme s'était rendu auprès de la rousse, qui l'avait chargé d'enfiler une tenue typique de cambrioleur : vêtements sombres, veste en cuir et cagoule noire. Sa consigne suivante avait été d'aller dévaliser la plus proche bijouterie, puis de détaler avec son butin bien en vue sous le nez de ses confrères en faction dans le secteur – la diversion idéale, pour l'Empoisonneuse, qui avait à faire dans le quartier. Sauf que l'effet indésirable de l'envoûtement (un abaissement notable des capacités intellectuelles de la victime) avait manifestement amené le sud-américain à se faire capturer trop facilement (et avant d'avoir pu générer la moindre distraction). Pamela le voyait déjà de retour, marchant docilement vers ses collègues.


¤ Un peu trop docilement, d'ailleurs. Et avec une étrange lueur dans le regard. Et... Qu'est-ce que c'est que... ¤

Comme nombre des new-yorkais qui déambulaient sous la pluie sans craindre d'être mouillés, Ivy ne lâcha pas des yeux cette jeune fille, dont les cheveux roses demeurait la moins notable des particularités. Partiellement visibles de face, et nettement plus de profil, deux ailes diaphanes, rappelant celles d'un insecte, ornaient le dos de la demoiselle, plusieurs épaisseurs de bandages les ceignant. Hésitant quant à la nature de cette inconnue (qui pouvait aussi bien être une extra-terrestre qu'une méta-humaine, voire une fée), Pamela capta des murmures parmi les foules, mi-hostiles, mi-effrayés, mentionnant le terme - si cher à l'autre univers - de "mutante".

L'intéressée rapporta les bijoux volés et le coupable (incapacité, de toute évidence) aux forces de l'ordre, le sourire aux lèvres. Il sautait aux yeux que cette jeune fille aimait rendre service, ce qui la classait, pour Ivy, dans la catégorie des nuisibles. Toutefois, les relents hostiles des citadins à l'égard de la mutante semblèrent se répercuter chez les deux policiers, puisque, loin de l'accueillir avec reconnaissance, l'un des agents lui intima de déposer son chargement au sol, désirant sans doute faire toute la lumière sur l'affaire sans émettre la moindre supposition (pour ce qu'il en savait, la mutante pouvait être une cambrioleuse tentant de faire porter le chapeau à un innocent, en ayant usé de son pouvoir pour le rendre coopératif). La réaction, surprise, de la demoiselle, confirma à la biochimiste rousse qu'elle avait devant elle une aspirante héroïne encore naïve... Et, par extension, manipulable.


¤ Avec ses capacités et son attitude, elle pourrait faire une excellente diversion, cette petite... ¤ Considéra la scientifique, en s'avançant à grandes enjambées pour intervenir en faveur de la mutante, qu'elle fit bénéficier de son parapluie.

Jolie rousse en coupe-vent beige dont les cheveux étaient sagement ordonnés en chiffon, Pamela s'était sobrement fardée les paupières, la bouche ravivée d'un discret rouge à lèvres. En plus de son vêtement la protégeant de l'humidité, ses jambes apparaissaient vêtues d'un leggins vert que complétaient de petit talons plus sombres, et aux mains, elle arborait une paire de courts gants imperméabilisés. Si leur aspect évoquait le cuir, ils étaient en réalité entièrement végétaux – comme ses chaussures, ce qui expliquait leur couleur évoquant les feuilles d'un châtaignier. En guise de parure, une écharpe de sa couleur favorite préservait son cou des courants d'air humides.


« Allons, messieurs... Vous voyez bien que cette courageuse bénévole n'a fait que vous simplifier le travail. » Déclara poliment la métahumaine, en installant une main réconfortante sur l'épaule de sa cadette.

Pour ne prendre aucun risque, Ivy se mit en parallèle à générer un faible taux de phéromones pour accentuer l'envie des policiers de voir les choses telles qu'elle les leur présentait.


« Je pense qu'un bref crochet par la plus proche bijouterie vous permettra d'obtenir la confirmation que vous tenez l'homme qui l'a effectivement dévalisé. Le propriétaire vous sera certainement reconnaissant de lui avoir rapporté ses biens, et vous n'aurez plus qu'à finaliser l’arrestation du fautif au poste, en vous attribuant tout le mérite. » Suggéra avec un sourire doux celle qui s'appuyait sur ses pouvoirs pour rendre sa suggestion très convaincante, en supposant que la justicière débutante ne verrait pas d'un mauvais œil qu'on lui vole ses lauriers.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Big Bang Universe :: Les Etats Unis :: New York :: Brooklyn :: Autres endroits-