Prihaya ► For years, I reveled in death and violence.

 :: Welcome to Level Seven :: Présentations :: Présentations terminées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 9 Juin - 13:02
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Prihaya Hafmeyjan

Surnom : Pri'
Âge / Date de Naissance : 32 ans / 1er Janvier 1985
Nom de Code : Wanlida
Groupe : Agents secrets
Statut : Mère célibataire compliqué
Orientation sexuelle : Bisexuelle
Célébrité : Nadia Hilker

++ Qui suis-je ? ++
Distante — Prihaya n’aime pas la compagnie des autres et préfère s’isoler qu’aller vers les autres. Cependant, elle sait qu’elle ne peut indéfiniment rester seule et tente tout de même de faire des efforts. Taciturne — Ce qui va de pair avec la distante qu’elle met entre elle et les autres et son envie de solitude. Elle parle peu et exprime peu ses émotions, préférant laisser les autres interpréter ce qu’elle pense de la manière qu’ils veulent. Impartiale — Son allégeance faisant exception, la jeune femme n’ira pas prendre le parti d’un conflit ou quoi que ce soit, préférant ne pas s’embourber dedans. Elle reste le regard extérieur et, lorsque ça la concerne, elle préfère se dégager de tout problème plutôt que s’enfoncer dedans. Stratège — Bien qu’elle sache se battre et ne refuse pas la violence, Prihaya reste avant tout une personne de l’ombre, qui préfère observer et envisager des options plutôt que foncer tête baisser. Loyale — Elle a beau être impartiale, elle n’ira pas retourner sa veste tant qu’elle se sent comme chez elle. Seul un élément marquant pourrait la faire changer d’allégeance, mais depuis qu’elle a rejoint le Shield, cela n’a plus été le cas. Obstinée — On ne peut pas être parfait et la mutante déteste avoir tort et être mise devant cela. Quand elle a une idée, elle dut mal à s’en défaire. Battante — Et s’il y a bien une chose dont elle a horreur, c’est de baisser les bras. Il est dur de la faire abandonner et n’allez pas croire que, parce qu’elle fait marche arrière, cela est définitif. Autoritaire — Prihaya n’a pas de mal avec l’autorité, elle connaît sa place, mais elle ne se gêne pas pour remettre ceux qui ne lui sont pas supérieur à leur place. Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds et sait diriger quand il le faut. Détruite — Elle ne s'est jamais remise de ce malheur dont elle a été témoin. Si elle n'avait pas été accepté au manoir X-Men de par son statut mutante, peut-être aurait-elle viré tout autrement ? Attentionnée — Malgré tout ce qui s'est passé, Prihaya garde ce trait de grande soeur ou seconde maman envers les autres. Elle n'aime pas les voir souffrir et préfère être là pour les autres, mettant de côté sa propre souffrance.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

++ Pouvoirs et Capacité ++
Hémokinésiste — L’un des pouvoirs de Prihaya est ce contrôle qu’elle a sur ce liquide si vital chez l’être humain. Tous les « kinésistes » contrôlent un élément et le sien est le sang. Seulement, ce n’est pas un contrôle aussi simple que de manipuler des flammes ou de l’eau, il s’agit d’une chose bien plus complexe. La jeune femme ne peut pas créer du sang à partir de rien, sa capacité se focalisant sur la manipulation de la matière déjà existant. Ainsi, en se concentrant, il lui est possible de fluidifier ou d’épaissir cette substance dans les veines de ceux qu’elle touche, mais uniquement dans la zone où il y a un contact. Agissant ainsi, elle peut provoquer de véritables dommages internes à la personne ou bien au contraire, la sauver si elle considère que celle-ci doit l’être. Cependant, ce n’est pas la particularité qu’elle utilise de manière générale lorsqu’elle fait appel à son pouvoir. En effet, s’il lui est possible d’altérer le sang de ces cibles, il lui est aussi possible de modifier la nature du sien et de s’en servir comme d’une véritable arme. Et tout cela se passe dans la solidification du fluide. En faisant preuve d’une grande concentration, car tout réside dans cette capacité – Prihaya laisse son propre sang s’amasser dans une zone en le cristallisant pour le rendre suffisamment tranchant pour que celui-ci s’échappe de sa peau en une lame façonnée à son imagination. Cela est certes douloureux, mais à force d’avoir fait appel à ce pouvoir, celle-ci est devenue secondaire. Il ne lui faut pas plus d’une seconde pour former cette lame qui devient une véritable arme, et par la suite, il lui suffit de simplement la manier comme une prolongation de son corps.

Cependant, utiliser ce pouvoir n’est pas sans danger pour la jeune femme. Tant que ce sang cristallisé reste attaché à la coupure qui s’est formé, il lui est possible de le faire réintégrer son corps, évitant ainsi des complications sur sa santé et « cicatrisant » la blessure en cristallisant une fine couche sur sa peau. Seulement, la cristallisation de son sang en tant qu’arme ne le rendant pas indestructible, Prihaya doit constamment être sur ses gardes. Si elle force trop sur sa capacité, elle peut à tous moment risquer l’anémie ou toute aggravation liées à une forte perte de sang. De plus, elle doit contrecarrer une possible carence en fer et des crampes en se nourrissant de protéines plus que nécessaire tout en s’hydratant régulièrement. Sans compter que si elle perd sa concentration au moment où elle forme cette arme écarlate, la jeune femme risque de voir une trop grande quantité de son hémoglobine se solidifier, pouvant causer des dommages à son cœur.

Régénération cellulaire — Peut-être est-ce pour contrer les effets néfastes de son pouvoir principal, mais Prihaya s’est aussi vu doté d’une régénération cellulaire. Celle-ci n’est cependant pas d’une très grande puissance, fonctionnant à petite échelle, mais elle a permis à la jeune femme de survivre jusque-là. Cette régénération ne l’empêche pas de se blesser, mais elle lui permet de refermer plus rapidement les blessures, qu’elle se cause suite à l’utilisation de son sang comme arme, que ce que ferait un corps humain des plus normal. Il ne peut cependant l’empêcher de faire face aux effets liés à la perte de sang lorsqu’elle en utilise trop. Cette régénération cellulaire touche principalement les dommages de son épiderme, mais l’immunise partiellement face à certaines maladies. Cependant, tout n’est pas immédiat et cette capacité ne fait qu’accélérer le processus de soin de la mutante qui peut ainsi voir une blessure se refermer moins de temps que l’on pourrait le penser.  

++ Racontes nous ton histoire ici ++
••• Bang bang, I shot you down, bang bang, you hit the ground •••
Certains disent que prendre une vie peut détruire celle du tireur. Qu’ôter la vie de quelqu’un nous hantera jusqu’à la fin de nos jours. Mais qu’en est-il quand notre vie est déjà condamnée ? Tuer quelqu'un est un acte que j'ai déjà fait, mais ce n'est pas une chose dont j'ai pris tant plaisir à faire. Je n'ai jamais eut cette crainte de voir ma vie détruite en causant cet acte et je serais apte à recommencer sans hésitation. Me regarder dans le miroir en sachant que j'ai déjà laissé la mort sur mon passage n'a jamais été un problème. Peut-être que cela l'aurait été si je ne me savais pas déjà condamner. Même si cela ne s'est pas su immédiatement, dès ma naissance, on m'a prédit une vie peu prospère. J'étais destinée à mourir prématurément et de manière lente. Je ne devais pas recevoir ce droit de connaître la sensation de voir le monde évoluer, ni même de me projeter dans un futur éloigné. J'étais née mutante, et c'était ce gêne X en moi qui signait mon arrêt de mort. Encore aujourd'hui, je le sais : même si une blessure peut causer ma fin, mon statut de mutante est tout aussi meurtrier que la plus affutée des lames. Mais n'allait pas croire que cette connaissance m'avait empêché de profiter de chaque instant de la vie. Bien au contraire, je me nourrissais de celle-ci, la saisissant comme elle venait, bien consciente que chaque instant pouvait être le dernier. Je refusais que cette condamnation m'empêche de vivre. Après tout, tout le monde finissait par mourir un jour et je n'échapperais pas à cette règle. Alors que mon heure vienne plus tôt que prévu ou non, ça ne changeait rien à ma vision du monde.

Ma mutation se déclara, non pas à ma naissance, mais quelques années plus tard. Au début, je n'étais qu'une simple bébé à la santé fragile de par une naissance prématurée et qui possédait une anomalie génétique se révélant être un grand mystère. Mon sang possédait la particularité d'être de couleur noire. Personne ne se doutait à l'époque que cette étrange couleur annonçait simplement ma mutation, préférant laisser la science expliquer que je possédais un défaut au niveau moléculaire. J'étais bien trop jeune pour y comprendre quoi que ce soit à l'époque, mais tout ce qui en ressortait était un affaiblissement de mon système immunitaire. Ce fut le jour de cette découverte que le verdict tomba : je n'étais pas destinée à vivre de longues années et nous devions nous faire à cela. Bien que cette affreuse nouvelle obscurcisse les projets de mes parents à mon égard, je continuais de grandir aussi normalement que je le pouvais. Je ne faisais malheureusement pas partie de ces enfants pleins de vie qui passaient leur temps à s'amuser, restant plutôt de nature calme. J'étais curieuse et cette curiosité me faisait parfois prendre des risques lorsque je ne comprenais pas quelque chose, et je ne pouvais cacher que je faisais quelques frayeurs à mes parents.

Bien que ma vie semblait déjà toute tracée, un heureux évènement vint contrebalancer la peine que je pouvais faire émerger chez ceux qui savaient ce qui m'attendait. J'avais dix ans lorsque cet petit être vint au monde et reçut le nom de Skadia. Une petite fille avait vu le jour dans notre famille et elle allait devenir cette petite soeur qui serait comme un joyeux à mes yeux. Aucune anomalie ne fut décelée chez elle et peut-être qu'un grand avenir l'attendait, personne ne pouvait le prédire. J'avais pu voir la joie revenir dans notre maisonnée et j'étais au petit soin pour ce petit bout de chou. Elle était ma petite perle, et je ne laissais rien lui arriver. Mon attitude avait eut le don d'amuser mes parents et de leur faire partiellement oublier la vérité. Alors que Skadia venait tout juste de rejoindre la famille, elle avait déjà provoqué un infime changement en ma personne qui me fit m'ouvrir aux autres. J'avais envie de leur montrer à tous à quel point la vie pouvait être si belle à travers les traits d'un nourrisson. Et même s'il arrivait que je sois quelque fois jalouse de l'attention qu'on lui portait, j'étais heureuse pour elle. Elle allait grandir dans un monde qui semblait si magnifique que je ne pouvais l'envier au fond de moi.

••• I'm breaking in, shaping up, checking out on the prison bus, this is it, the apocalypse, whoa •••
L’effroi peut nous terroriser sur place, mais c’est peur qui parfois nous sert de moteur. Je sais que je ne suis pas sans peur, mais j’essaye d’affronter les miennes quand elles surgissent. Et la découverte de ma mutation avait été des plus effroyable, que ce soit pour l'enfant que j'étais ou ma famille. Encore aujourd'hui, certains détails ne me reviennent pas totalement et je ne cherche pas à combler ces trous. Ce sont des personnes extérieures qui m'avaient raconté ce qui s'était passé et toute cette histoire m'avait terrifiée. L'année de mes treize ans prenait fin lorsque je fus victime d'un accident de la route. Personne n'avait été responsable de la perte contrôle du bus scolaire qui devait nous emmener en sortie, seul le verglas était coupable, mais cela avait suffi. C'est ce qu'il s'est passé pendant cet accident qui m'échappe encore parfois. Mais l'après... ce que j'avais vu à mon réveil avait mis un certain temps à cesser de hanter mes nuits, alors que ce jour-là, ma mutation s'était manifestée. Les collisions sur la route avaient été violentes et tous n'en étaient pas sortis indemnes. Je m'étais réveillée bloquée par la ceinture de sécurité, et j'avais vu certain de mes camarades qui n'avaient encore été extradés de la carcasse du véhicule et quelques-uns ne semblaient pas avoir eut la chance de s'en sortir. J'étais terrifiée et j'avais cette douleur lancinante qui accompagnait des nausées. À ce moment-là, j'étais trop terrifiée pour me rendre compte que quelque chose n'était pas normale avec moi. Mais lorsque les secours s'occupèrent de moi et purent me mettre hors de danger, je ne pouvais que voir cette fine couche cristaline qui recouvrait mes blessures. Personne ne comprenait ce qui m'arrivait, mais mon sang s'était solidifié en peu de temps pour guérir mes blessures. Je continuais d'être une énigme médicale à moi seule et lorsque nous en avions chercher à en parler aux médecins, eux-mêmes ne surent expliquer ce qui m'était arrivé. J'étais trop jeune pour savoir et mes parents ne connaissaient pas le phénomène mutant. Alors qui aurait pu savoir à cette époque que j'en étais une ?

Je dus continuer de grandir avec cet inconnu dans mon esprit. Il ne fallait que quelques secondes pour que mes blessures ne cessent de saigner et après quelques minutes, il n'en restait aucune trace. Je devenais un monstre aux yeux de ceux qui découvrait ma particularité et être à l'école ressemblait à une descente en enfer. Je me referais peu à peu sur moi-même, pouvant simplement compter sur le soutien de mes parents qui faisant de leur mieux pour ne pas me laisser sombrer. Les médecins ne comprenaient rien et ils n'arrivaient plus à savoir si ma santé était en jeu ou non. Car la découverte de ma mutation avait entrainé quelques expériences de mon côté pour laisser mon cerveau d'adolescente essayer de comprendre. J'avais été la cause de nombreux malaises, ne contrôlant pas mes pouvoirs. Ceux-ci m'effrayaient et je ne voulais pas d'eux. Qui voudrait d'une particularité pouvant mettre une vie en jeu à tous moment ? Durant cette période, je ne savais pas que je pouvais aussi affecter le sang des autres et je ne savais ce que j'allais advenir. Mes parents ne pouvaient rien pour moi, ma soeur était bien trop jeune pour comprendre mes crises de panique et je ne savais vers qui me tourner. Pourtant, il y eut ce garçon qui fut comme un salut à mes yeux. Suite à de nouvelle persécution, j'avais changé d'établissements pour ne pas être poursuivi par les dénigrements et dès mon arrivé, il sut trouver les mots pour m'aider. Il disait être comme moi, différent des autres, et même supérieurs à eux. J'avais cru qu'il se moquait de ce que j'étais, mais il me le prouva bien rapidement en faisant jouer le vent autour de nous. J'étais charmé par ses paroles et ses démonstrations, et il me promit qu'il allait me venir en aide. J'étais si naïve de le croire à l'époque...

Ma vie changea radicalement après sa rencontre. Il eut la patience de m'apprendre comment ne plus avoir peur de ce pouvoir qu'était le mien, et je recommençais à m'épanouir. Les choses avaient une nouvelle saveur alors que cette peur me quittait peu à peu et je retrouvais le goût de passer du bon temps avec ceux qui comptais à mes yeux, redevenant cette grande sœur idéale pour Skadia. J'avais quinze ans, je terminais le collège, et même si je n'étais pas encore un maître dans le contrôle de mes capacités, j'étais devenue une véritable énigme médicale. On avait dit à mes parents qu'il n'y avait que peu de chance que je puisse accéder au collège, risquant de m'endormir définitivement avant, et voilà que je préparais mon entrée au lycée. Je semblais être un miracle et je n'étais pas prête de leur donner raison. J'étais une mutante, un homos superior, non une simple humaine dont tous les soucis pouvaient être expliqué par la magie de la science. Savoir que j'avais encore du temps devant moi faisait le bonheur de mes parents, et j'avais jusqu'alors préservé Skadia de la vérité. Elle était la seule dans mon entourage à ne pas savoir les soucis que je pourrais avoir. Mais pourquoi devrait-elle le savoir ? Du haut de ses cinq ans, elle était encore pleine d'innocence et je ne voulais pas que celle-ci soit brisée par la dureté de la vérité. Je préférais la bercer d'illusions, sans me rendre compte que j'en faisais de-même pour moi. Il n'était pas rare que j'entre dans des phases où je ne me rendais plus compte de la dangerosité de ma mutation, que ce soit pour mon entourage ou pour moi-même. Je n'en étais encore qu'à la moitié de ma vie et il me restait tant de choses à découvrir après tout.

••• Now i know what i believe inside. Now it's my time ! I'll do what i want cause this is my life •••
Une route n'est jamais tracée par avance. Celle de notre vie se dessine au fur et à mesure des choix que nous faisons et, même si parfois le hasard semble être l'ingrédient le plus propice à sa création, celui-ci n'est tout simplement pas de ce monde. Notre destin est inéluctable, nous ne pouvons que le précipiter ou le retarder. Et mes propres choix semblaient retarder cet avenir que l'on m'avait prédit, alors que tout semblait se précipiter. Je croyais que mes années lycées avec la rencontre de cet homme qui m'avait appris qui j'étais seraient les plus belles de ma vie, mais je découvris bien vite que quelque chose de bien plus beau allait se réaliser. Une fois le lycée terminé, j'avais pris la décision de ne pas entrer immédiatement dans une formation professionnalisante, quittant le nord de mon pays pour aller approfondir mes études dans la capitale. Le domaine de la criminologie m'avait poussé à vouloir recevoir plus de connaissance et j'avais décidé de ne plus écouter ces médecins qui me préconisaient de rester parmi les miens. Ils avaient passé des années à me dicter mon chemin en justifiant que je devais profiter de ce cadeau qu'était ma survie. J'en avais décidé autrement alors que je m'éloignais de ma ville natale, promettant simplement à ma petite soeur de revenir la voir le plus souvent possible. J'allais entrer à l'université et je comptais bien étudier durant les années qu'il faudrait pour avoir la vie que je souhaitais avoir.

Seulement, pas un seul instant, je m'étais attendu à ce qui allait m'être proposé. J'étais étudiante depuis quelques années déjà, lorsqu'un organisme prit contact avec moi. Par je ne sais quel moyen, ils étaient au courant pour ma mutation et je ne fus pas la seule jeune à être contacté. Le gouvernement souhaitait former des mutants pour que nous puissions intégrer leur service de renseignements, en mettant nos capacités au service de la nation. C'était une proposition bien étrange, mais à laquelle je n'avais opposé aucun refus. Je me berçais de si belles illusions durant cette époque, à croire que l'on allait m'accepter telle que j'étais. Tout laissait à croire que ce pays qui était le mien faisait tout pour notre condition de mutant. Nous n'étions pas rejettes et nous allions même pouvoir participer à la protection de cette communauté qui nous acceptait. Alors pourquoi aurais-je refusé ? J'avais alors rejoint une formation qui allait me permettre d'intégrer le Politiets Sikkerhetstjeneste, cet organisme des renseignements qui avait la charge de veiller à la sécurité du pays et à la traque de potentiel terroriste. Je me montrais brillante et je comptais faire honneur à celle que je voulais être. Il n'y avait plus de monstre au sang noir, mais une jeune femme farouche et déterminée qui savait faire ses preuves en temps voulu. Je semblais être si loin de ce nourrisson fragile qui avait vu le jour bien trop tôt.

J'étais désormais un membre à part entière de cette agence. La mutation était notre arme secrète et j'étais dans cet idéal que les humains devaient être protégés d'un danger dont tous n'avaient pas confiance. Les médias vendaient les criminels et terroristes comme des monstres et le doute était permis quant à ceux réellement visés dans leur formulation. Mais je n'avais pas la même vision qu'eux. Je ne voyais que l'innocence dans ce qui n'était pas réellement compris et je me faisais un devoir de veiller à la sécurité de notre monde. Une seule personne ne pouvait certes pas tout faire, mais nous étions des équipes réparties sur plusieurs missions pour essayer de maintenir ce semblant de paix. J'avais vingt-cinq ans lors de ma première année comme agent spécialisé et je faisais le bonheur de ma famille. Je me souviens encore des yeux pétillants d'admiration de ma soeur qui avait tant de rêve de grandeur. En vérité, c'était pour elle que je me battais. Elle n'était encore qu'une enfant et je voulais qu'elle puisse avoir cette chance de voir le monde tel que je le voyais. Il semblait si beau lorsque l'on comprenait qu'il était possible d'éviter les conflits. Cependant, je ne comprenais pas à l'époque que je faisais preuve de naïveté. Comment avais-je pu croire qu'être dans de telles convictions allaient m'épargner les horreurs dans lesquelles nous baignions en réalité ?

••• There's no surrender and there's no escape. Are we the hunters ? Or are we the prey ? This is a wild game of survival •••
Nous avons tous une part de ténèbres qui sommeille en nous, attendant patiemment de pouvoir s'éveiller pour révéler qui nous sommes réellement. Je pensais être cette âme pleine de bonté qui se battait pour le bien de l'humanité, mais je n'étais qu'une égoïste qui voulait offrir un monde de paix à sa soeur. J'ai commis l'erreur de croire que je pourrais me battre sans faire appel à cette noirceur, mais la vérité était que j'étais effrayée par celle-ci. Une noirceur aussi noire que mon sang... Encore aujourd'hui, l'horreur qui allait s'étendre sous mes yeux ce jour-là, continue de hanter mes songes. Tous me l'ont dit, le temps allait panser mes blessures, je finirais par guérir, tout comme ma régénérescence cellulaire guérissait mon corps, mais je ne pourrais jamais oublier cette douleur. Elle était tout pour moi et ces monstres me l'ont enlevé pour la simple raison que je n'étais pas, nous n'étions, pas comme eux. Ils ont eut raison de croire que leurs actions allaient me détruire. Mais non-seulement, ils ont réussi à me briser de l'intérieur, mais ils ont su éveiller en moi une noirceur dont je ne pensais douter de l'existence. Ils ont fais de moi le monstre qu'il s'était imaginé combattre, ils ont créé Wanlida.

Durant des mois, nous avions mené une enquête contre un groupe extrémiste qui voulait combattre les mutants. Cela pouvait relever d'une mission anodine, mais, tout comme mes camardes, je n'arrivais à clore celle-ci. Ces hommes étaient organisés, méthodiques et rien n'était laissé au hasard avec eux. Ils ciblaient et frappaient avec une rapidité telle, que nous avions dû collaborer avec les pays frontaliers. Chez eux aussi cette communauté frappait et nous devions l'empêcher de se disperser. Certains d'entre nous avaient déjà été touchés, frappé d'une telle violence, qu'aucune blessure physique ne pouvait servir d'équivalent. Ils ciblaient nos familles pour nous forcer à abandonner et, en contrepartie, nous mettions tout en oeuvre pour les empêcher d'atteindre ceux qui n'avaient encore été ciblé. Je ne savais cependant pas que j'étais la prochaine sur leur liste. J'avais été bien trop confiante pensant qu'avec la protection de l'État, nous étions sans failles et nos proches en sécurité. Quelle ironie lorsque je découvris la vérité ce jour-là... Je n'avais nullement été épargnée et je fus celle qui découvrit l'horreur dont les miens avaient été victimes. Ni mes parents, ni Skadia n'y avaient échappé. Ce groupe terroriste avait su mettre la main sur ceux qui comptaient le plus à mes yeux et ils m'avaient atteint là où personne n'avait encore su me blesser et là où aucune de mes capacités ne pouvaient m'empêcher de saigner. J'étais la seule dont la vie était remise en cause lors de l'utilisation de mes pouvoirs, et c'étaient eux qui voyaient la leur s'éteindre en premier. On dit qu'un parent ne devrait jamais avoir à enterrer son enfant, mais qu'en est-il d'un enfant qui devait enterrer les siens alors qu'ils avaient encore de nombreuses années devant eux ? Et une soeur devait-elle voir sa cadette être mise en terre avant elle, sans avoir pu lui dire à quel point elle l'aimait une dernière fois ? J'avais beau ne plus être une enfant, cette épreuve me détruisit et je me mis à enchaîner les erreurs. Je ne cherchais plus la compassion là où je voyais de la culpabilité et, bien rapidement, on me considéra comme inapte à continuer. Je n'appartenais plus au Politiets Sikkerhetstjeneste, je n'étais plus qu'une âme errante à la recherche de vengeance. Car il ne me restait désormais plus que ça... La volonté de voir périr ceux qui avaient été la cause de leurs morts.

Et cette volonté de vengeance, je l'avais trouvé en la personne de Anton Ivanov, un homme travaillant pour les services de renseignent russe. Bien que je ne sois plus au service des renseignements de mon pays, j’avais gardé quelques contacts. En un an au sein de cet organisme, j’avais fini détruite comme jamais et mon but était désormais simple. Moi qui avais voulu toujours penser que nos pouvoirs pouvaient protéger les humains des menaces bien trop grandes pour eux, je me rendais compte que nous n’étions qu’un fléau qui ne faisait que donner des ambitions à ces dites menaces. Peut-être que si j’avais été une simple humaine sans pouvoir, ma famille aurait été épargnée. Même si au fond de moi, je savais que ce n'était certainement pas ce qu'auraient voulu Skadia et mes parents, j'avais fait taire cette pensée, me laissant envahir par les ténèbres de la destruction. Parce qu’un groupe nous avait craints, j’allais mettre fin à tout cela. Et cet homme, Ivanov, semblait vouer une haine à ceux qui avaient acquis ces pouvoirs sans le moindre effort. Alors, taisant ma propre condition de mutante – une si belle hypocrisie de ma part – pour qu’il ne me prenne pas pour son ennemi, je lui fournissais les informations nécessaires pour sa lutte contre le genre surhumain. J’étais déterminée et j’avais désormais choisi mon camp. Les humains méritaient de savoir quelle menace les mutants pouvaient être et ces derniers ne méritait pas ma compassion. Moi-même, je ne la méritais pas… Cette rage, je m'en servais comme d'une ressource à ma survie et j'avais fini par prouver ma loyauté. Je venais de trahir mon pays pour une vengeance qui m’obstruait l’esprit, sans me rendre compte à quel point celle-ci me dévorait de l’intérieur.

••• I'm in war with the world cause I ain't never gonna sell my soul I already made up my mind no matter what i can't be bought or sold •••
Il y a des choses dans la vie qui sont incontrôlables. On pense qu’après un choix décisif, il ne nous reste plus qu’à vivre la vie qui s’offre à nous, mais ce n’est pas le cas. L’avenir est empli de surprise et, alors que je me croyais au fin fond des ténèbres, j’étais persuadée que c’était la seule voie qui s’ouvrait désormais à moi. En rejoignant de manière officieuse, ce groupe de Russe dont avait la charge Ivanov, j’avais officiellement trahi les miens et ma nation. Seulement, ce n’était pas cette trahison qui m’effrayait le plus, mais le fait de ne rien ressentir envers cela. En peu de temps, j’étais devenue une tout autre personne, sans une once de pitié pour mes semblables. Aux yeux de tous, je n’étais qu’une simple humaine qui voulait se venger de ceux qui avaient acquis des pouvoirs les rendant supérieurs aux autres. En réalité, j’étais l’une de ces mutantes qui considéraient simplement que nous n’avions pas notre place en ce monde. L’humanité n’était pas prête à cohabiter envers nous. La vie me semblait des plus fade désormais et, n’ayant plus personne à protéger, je profitais de la discrétion de mes pouvoirs pour éliminer mes cibles. J’étais désormais Wanlida, celle qui apportait la mort et celle-ci traînait dans mon sillage. N’était-ce pas ce que j’étais de toute façon ? L’épée de Damoclès lié à la Mort avait toujours séjourné au-dessus de ma tête. Alors n’était-il pas plus simple que je m’en serve pour atteindre mes buts ?

Durant un an, je menais cette vie destructrice, refusant de panser les plaies qui faisaient de moi cette meurtrière. Je devenais le cauchemar des mutants, une fierté pour Ivanov et, je devais avouer, j’appréciais de voir que mes actes lui plaisaient. Même si cela n’avait pas duré dans le temps, j’avais commencé à entretenir une relation avec cet homme, sans prendre en compte les conséquences que cela aurait par la suite. Car ses liens avec cette équipe des services russes ne durèrent pas plus d’une douzaine de mois. Lors d’une mission, j’étais retombée sur les anciens membres de l’équipe avec laquelle j’avais travaillé en Norvège. Cela aurait pu n’avoir aucune incidence sur mes décisions, j’aurais pu les tuer sans une once d’hésitation de par les ténèbres qui m’avaient englouti, mais au fin fond j’en étais incapable. Ils avaient tous été touchés par cet échec dont nous avions fait face et dont j’avais été l’une des victimes. Ils surent trouver les mots qui me firent prendre conscience de ce que je faisais, du sang qui coulaient désormais sur mes mains. Ils arrivèrent à faire ce que je croyais être l’impossible en réveillant celle que j’étais réellement. Wanlida n’était pas moi… Je n’étais pas celle qui tuait par plaisir de tuer en espérant soigner un cœur blessé à vie. Ils me firent ouvrir les yeux et me ramenèrent, d’abord de force comme prisonnière, dans mon pays natal. Rien n’était plus pareil, mais ce temps de réflexion fut comme une renaissance dans mon esprit, acceptant enfin ce qui était arrivé. Jamais la mort que je laissais dans mon sillage ne pouvait réparer ce qui était arrivé et je me devais de vivre avec cela… Je devais vivre en sachant que je n’avais pu protéger ma famille, mais je pouvais encore me racheter pour mes décisions qui m’avaient fait franchir la barrière du mal.

Réintégrer mon ancien poste n’était pas envisageable. J’avais commis une trahison en allant travailler pour les services d’un autre pays, mais je ne fus pas totalement jugé pour cela. En échange de la clémence des autorités, j’avais accepté de livrer des informations sur ces Russes auxquels je m’étais alliée. Seul le nom d’Ivanov resta sous silence, car je ne pouvais fermer les yeux sur ce qu’ils s’étaient passés là-bas et je ne voulais pas trahir ces sentiments que j’avais eu et encore moins après la découverte que je fis par la suite. Le destin continuait de s’amuser avec moi, m’offrant la possibilité de donner la vie. Durant un temps, j’avais détruit de nombreuses histoires en tuant sans laisser de place à la pitié, et voilà que je portais celle d’un être innocent. Durant neuf mois, les amis que j’avais retrouvés et qui m’avaient pardonné furent au petit soin pour moi. Ils étaient ma nouvelle famille et me rassuraient sur chacun des doutes que je pouvais avoir. Comment allais-je être capable de m’occuper de ce petit être alors que je n’avais pas pu protéger ma famille ? Et ce fut l’un de ces amis qui m’apporta la réponse en me parlant d’un endroit sur le sol américain où je serais en sécurité. Un lieu où les mutants étaient les bienvenus et où je n’aurais à craindre pour la vie de cet enfant.

Ainsi allait commencer ma nouvelle vie grâce au professeur X. Je fus accueilli dans cet institut pour mutant où je découvris un tout autre monde. J’avais accusé ceux partageant ma nature de causer l’effroi des humains, mais je ne m’étais pas rendue compte de cette erreur de jugement que j’avais commis. J’étais tellement aveuglée par le désespoir, que je m’étais lourdement trompé et aujourd’hui, je pouvais me reprendre. Mais cette arrivée au sein des mutant ne fut pas le seul changement dans ma vie. Bien qu’au début, je ne pouvais trop le faire, devant m’occuper de cet enfant qui était le mien, je devins un agent de liaison, réintégrant partiellement le Politiets Sikkerhetstjeneste. Je n’étais pas officiellement un de leur agent, prenant le titre d’agent du Shield. Mon statut de mutante pouvait leur être grandement utile et ainsi, je continuais de me racheter. Lorsqu’elle fut mise sur pied, je pris place dans l’équipe de ce Phil Coulson, un agent respectable qui m’acceptait comme j’étais. Je profitais de cette nouvelle vie pour doucement me reconstruire, bien que parfois, je continuais de penser à cet homme qui ne savait nullement qu’il était désormais père. Mais comment pouvais-je lui annoncer ? J’avais passé tout mon temps en sa présence à lui mentir sur ma nature, bien que mes sentiments soient des plus sincères pour lui. Alors je préférais garder cela comme un secret, laissant cette petite Luna, ma fille, grandir dans un environnement sain. Elle avait désormais cinq ans et la voir heureuse m’aidait à panser mes blessures, même s’il m’arrivait toujours de me sentir faible, lorsque je me souvenais de cette incapacité à protéger ma famille.


++ Ton point de vue sur le Big Bang ++

Je crains les conséquences de ce Big Bang. Le monde est déjà assez dangereux comme il est et voilà qu’une nouvelle dimension fusionne avec notre Terre ? Rien ne sera simple et je me mets à espérer chaque jour qu’aucune retombée n’aura lieu sur ma fille. Je reste méfiante quant à tout ce qui peut être en lien avec cette fusion. Si le Shield doit agir, je participerais sans conteste à la défense de ceux qui en ont besoin. Je ne réitérerais pas les erreurs du passé et ne me laisserais plus succomber par ces ténèbres en moi.  

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
++ DERRIÈRE L’ÉCRAN ++

Je m'appelle Nîniel et j'ai bientôt 22 ans. Vous pouvez donc vous en douter, je suis une fille. J'ai connu le forum grâce a au fait que je devais jouer Daisy mais il y a eut du changement de compte et je le trouve écrire ici. Mon personnage est un inventé.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 9 Juin - 19:58
Bienvenue parmi nous
Bon courage avec ce nouveau perso du coup !
Revenir en haut Aller en bas
Ven 9 Juin - 20:29
Bonne rédaction nocturne miss !
Revenir en haut Aller en bas
Lun 10 Juil - 1:51
Merci à vous o/
Revenir en haut Aller en bas
Lun 10 Juil - 18:23
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Félicitation Prihaya !


Tu es passée par mon radar sans pitié   C'est fourbe, t'as fait une bonne fiche direct, du coup bah... J'te valide  
Je vais t'ajouter ton groupe, tout ça tout ça très vite, et surtout, surtout, amuse toi bien !  


Nous te souhaitons la bienvenue dans cette grande aventure qu'est "Big Bang Universe"! Nous te mettons dans le groupe Agents secrets. Cependant, avant de RP, nous souhaitons que tu fasses quelques missions:

# Faire ta fiche de Liens [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
# Faire ta fiche de RP [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
# Demande un logement [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
# Ton Pseudo doit être répertorier, de ce fait, tu dois le faire [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
# Si c'est un DC ou TC, viens le répertorier [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
# Commences dès maintenant ton fil rouge [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
# Une question ? Viens la poser [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Big Bang Universe :: Welcome to Level Seven :: Présentations :: Présentations terminées-