Désolé de mettre le bazar — Pepper

 :: Les Etats Unis :: New York :: Manhattan :: Stark Industries Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 10 Jan - 22:15
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pepper X Lana
— Désolé de mettre le bazar —
Une famille, c'est cela: quelques personnes qui s'aiment bien et se le répètent, à chaque instant, par de petites attentions, des taquineries, une voix tendre...

Ce moment gênant, où vous êtes une sorte de parasite. L’être un peu gênant au début qui fou la merde alors qu’il n’a rien demandé. La situation typique du divorce des parents. Quand tu vas chez ton père et que tu te retrouves au milieu d’une famille recomposé, belle-mère petit frère et petite sœur et que tu cherches ta place et qu’en plus tu es le sujet de dispute entre ton père et ta belle-mère. Quelque part ça peut te faire marrer en vrai si t’es ado. Dans mon cas j’ai juste retrouvé mon père biologique. Retrouver est un grand mot, la nouvelle nous est tombée dessus de manière atypique. Je ne déteste pas ma belle-mère, bien au contraire. Mais depuis la découverte de mon gène Stark je n’ai pas pris contact avec Pepper… quelque part j’avais peur de l’appeler, de prendre des nouvelles ou tout autre appel comme je pouvais le faire dans le passé concernant le Blog. J’avais l’impression d’être de trop, de peut-être détruire ce qu’elle construisait avec Stark… je savais qu’il avait pour projet de la demander en mariage et que cela n’avait pas pu ce faire, sans vraiment savoir pourquoi. Dans le fond je pensais que s’état de ma faute.

Peut-être que Pepper ne voulait pas m’accepter, ou en voulait à Tony de ma venue ? Alors je prends mon courage en début d’après-midi pour aller voir Pepper. Sur la route, en marchant je me suis répéter un petit texte, les écouteurs sur les oreilles je marche, le pas rapide, un peu stresser. Je ne sais pas comment l’aborder, comment l’appeler. Mademoiselle Potts ? Belle maman ? Non ça craint … J’ai envie d’être une famille sans lui faire peur. Je veux qu’elle se sente libre de me dire si quelque chose ne va pas, qu’elle ne doit pas en vouloir à mon père. Je comptais m’excuser de tellement de chose et j’espérais ne pas avoir détruit quelque chose entre eux… Ca me mettrait vraiment mal !

Le visage fatigué après mes expéditions journalistique et tous ces milliards de questions que j’ai en tête vis-à-vis de ma vie, de mon futur. Un jour ou l’autre ça se sera que je suis fille Stark, que j’ai sur mes épaules le poids d’un héritage colossal sans avoir rien demandé. Je vois déjà les gros titres, les critiques, les insultes même. Et ça me dégoute d’avance. Arrivant à la tour Stark je m’avance à l’accueil demandant à voir Mademoiselle Pott. Bien évidemment, on me dit qu’on ne peut pas me recevoir. Le vigile s’approche de moi, le même que la dernière fois. Je lui fais un grand sourire avec un petit coucou de main. « S’il vous plait c’est super important… Elle me connait. Ça ne vous coute rien de passer un coup de téléphone ? Un simple tout petit coup de téléphone avec mon nom. Lana. Vous lui dite Juste Lana… Si vous me dite non je m’en irais je n’ai pas envie de mettre le waï. » Dis-je pour terminer en regardant le vigile. Une course poursuite avec lui ma suffit je dois dire. J’attends, aplatissant mes mains sur le comptoir en verre noir brillant, tapotant d’impatience. C’est enfin que la jeune femme m’invite à prendre l’ascenseur derrière elle.

Ma tête part en arrière. « Super, merci ! » A la fois soulager et en stresse complet. Je vais me retrouver bientôt devant elle et je ne sais toujours pas quoi lui dire ou comment l’approcher. Je prends l’ascenseur, les bras croisés, j’attends avec cette affreuse petite musique qui me tape sur le système. Les portes s’ouvrent, et j’avance dans le couloir, regardant à gauche et à droite… avançant à tâtons jusqu’à son bureau donnant un petit coup avec mon doigt. J’ouvre la porte après avoir entendu sa voix, laissant échapper ma tête de la porte.

« Euh … Bonjour, J’espère que je ne vous dérange pas… je peux entrer ? »



Revenir en haut Aller en bas
Mer 11 Jan - 3:37

Lana & Pepper

Mon index tapotait sur le bureau en verre. J’étais agacée. J’avais remué ciel et terre pour déplacer la branche principale de Stark Industries à New York. J’avais mis fin à la gloire de la branche de Los Angeles, créé par Edward Stark. Tout ça pour l’amour que je portais à son fils. Pour pouvoir être beaucoup plus souvent avec l’homme que j’aimais et ne plus avoir à passer la moitié de ma vie dans un avion. Et voilà que je me retrouvais à fuir la maison mère pour ne pas avoir à voir Tony. Ce n’était pas le fait qu’il ait une fille qui me dérangeait. Je connaissais parfaitement son passé de playboy et au fond je me doutais bien que quelque part dans le monde se trouvait un enfant sans l’ombre d’une idée de qui était son véritable père. Non, ce qui me dérangeait réellement, c’était le mensonge. Encore et toujours, le mensonge. Je ne comprenais pas pourquoi il fallait qu’il y en ait encore entre nous alors que nous nous connaissions depuis si longtemps. Ce n’était pas non plus comme si je ne pouvais pas comprendre la situation ! Je refusais de croire que j’étais devenu quelqu’un si intransigeant qu’on ne puisse pas me dire les choses très clairement. Et ce n’était pas non plus comme si je n’avais jamais rencontrer et jamais aider Lana… Mais non, avec Tony c’était toujours beaucoup plus compliquer que ça n’aurait réellement dût l’être. Et voilà que les investisseurs voulait ma tête sur un plateau d’argent parce que selon eux j’étais une jeune écervelée qui avait remué ciel et terre pour un caprice avant de se rendre compte que le résultat n’était pas celui que j’attendais. Je détestais cette vision des choses et pourtant je la comprenais totalement…

J’inspirais profondément pour maitriser mon agacement. J’avais envie de tout envoyer valser alors que je me prenais une nouvelle remarque au téléphone sur l’incompétence apparente dont je faisais preuve pour un PDG d’entreprise.  Bien sûr, c’était toujours dans ce genre de moment que le négatif ressortait indéniablement. Trop jeune. Inexpérimentée. Ne possédant pas les diplômes nécessaires. J’avais été aux côtés de Tony assez longtemps pour savoir comment gérer Stark Industries et ce que nous voulions et ne voulions pas pour l’entreprise. Mais non, je me reprenais les mêmes remarque qu’à l’époque où il m’avait nommée PDG alors que je n’étais qu’une assistante personnelle. Tout le travail accomplis entre temps ? Soudainement disparût des mémoires… J’aurais bien aimé les voir essayer de survivre h24 à Tony Stark ! Juste pour voir ! Je raccrochais au bout de plusieurs minutes après avoir tenter de convaincre la personne qui me tenait la jambe que j’arrangerais la situation. Dût moins, j’allais essayer… En temps et en heure. Impossible de reprendre la tête de SI à Los Angeles, c’était trop tard. Il fallait que je me débrouille avec New York.

Finalement je me levais de ma chaise pour me diriger vers la grande baie vitrée. Je n’avais aucune idée de comment arranger toute la situation. Prendre un appartement à New York ? Meilleure moyen pour créer toutes les rumeurs possible et imaginable sur l’état de notre couple et la dernière chose dont j’avais envie c’était d’avoir les magasines à ragots sur le dos. Mais je fus tirée de mes pensées par mon téléphone, Lana était à la réception et demandais à pouvoir me voir. Je n’hésitais même pas une seconde pour demander à la réceptionniste de la faire monté. Je ne savais pas si la jeune femme était déjà au courant de la situation mais j’avais toujours accueillie Lana à bras ouvert. Qu’elle soit ou non la fille biologique de Tony n’allait pas changer ce que je pensais d’elle. Mais il ne s’écoula même pas une fraction de seconde pour que cette fois-ci, ce soit mon portable qui sonne. Je soupirais intérieurement avant de décrocher. Je levais les yeux aux ciels en entendant à nouveau les mêmes reproches. Ne pouvait-ils pas innover un peu ? Je me tournais pour faire à nouveau face à la ville et mes yeux se posaient sur les immeubles. Je ne fus vraiment ramener à la réalité qu’en entendant la voix de Lana derrière moi me demandant si elle pouvait entrée. Je me retournais pour lui faire signe.

Oui, ce problème sera réglé et vous serez une des premières personnes informez. Ecoutez, je dois vous laisser, j’ai une rendez vous qui vient d’arriver. Je levais légèrement les yeux au ciel avant de raccrocher. Entre Lana ! Tu ne me déranges absolument pas, excuse moi pour tout ceci. Comment vas-tu ? Que puis-je faire pour toi ?
©Tagada


As powerful as Natasha Romanoff but far less of a disappointment.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 12 Jan - 16:03
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pepper X Lana
— Désolé de mettre le bazar —
Une famille, c'est cela: quelques personnes qui s'aiment bien et se le répètent, à chaque instant, par de petites attentions, des taquineries, une voix tendre...

J’ai l’impression de faire ma boulette en entrant alors qu’elle se trouve au téléphone mais elle me fait passer en priorité sur cette appelle qui n’a l’air de ne pas la rendre très souriante. Son regard désespérer vis-à-vis de ce coup de téléphone en disait long… elle devait avoir des soucis et je n’arrangeais pas son cas visiblement. Pinçant les lèvres, j’entre timide dans le bureau de Pepper. Je frotte mes mains en avançant d’un petit pas vers elle. Je ne sais pas vraiment comment commencer, comment l’aborder. Je commence par un directe je suis désolé ou je fais comme si de rien n’était au premier abord ? « Y a pas de soucis… » Dis-je simplement…

J’aurais pu trouver mieux. Je me contente de laisser un petit silence avant de me rappeler qu’elle m’avait posé deux questions. Je secoue ma tête avant de couper le silence. « Ca … peut aller. » Je croise finalement mes bras car je ne sais pas où les mettre ! « J’ai … je suis venu pour, discuter avec vous. » Bon ok, c’est un peu maigre comme commencement. Alors je continue ma lancé en m’approchant du bureau de Pepper, tripotant un petit objet qui ci trouve.

« Je tenais d’abord à m’excuser. Je n’ai jamais voulu mettre le bazar dans votre vie. Et en tant que Journaliste j’ai toujours fait attention à ne jamais vous causer de tort et finalement je vous en ai certainement fait mais pas comme je le pensais… J’ai appris pour… la demande en mariage et j’espère que ce n’est pas à cause de moi que vous avez refusez d’épousez Tony…. Je ne le connais pas assez en tant que père pour en faire son éloge mais je sais qu’il est amoureux de vous. Je n’ai pas envie d’être un frein ou d’être une entrave à votre bonheur. »

Voilà, c’est dit c’est fait. Je n’ai pas envie de te piquer ton mec, ni ton argent, si ton boulot, ni ton prestige. C’est comme être libéré d’un poids. J’ai simplement envie d’avoir toujours cette bonne entente que j’entretenais avec Pepper et pouvoir développer autre chose, quelque chose de plus fort. Elle ne semble pas être une sorcière comme le montre les dessins animés autour des belles mères… c’est vrai en même temps que je suis loin de ressemblé à cendrillon. Je n’ai simplement pas envie d’être la cause de problème de couple. Bien qu’à avouer, ça me ferait de la peine que Pepper ne m’accepte comme simple mécène sans plus derrière. Je la regarde finalement avec le regard un peu honteux, comme une petite fille qui a fait une bêtise et qui viens s’excuser devant sa maman.

« Pour moi encore c’est … pas évident de gérer la situation. Je n’ai pas la moindre idée d’où est ma place là-dedans… est-ce que j’en ai envie… ou pas. » Stark Industrie, l’argent, une relation avec mon père… mon véritable père. Quand on est un gamin abandonné, c’est quelque chose. Je n’ai connu qu’une vraie famille à l’âge de 5 ans à Boston. Durant tout ce temps tu te balades de maison en maison, de foyer en foyer sans personne. Aujourd’hui mes parents adoptifs sont décédés et je n’avais personne de nouveau.  



Revenir en haut Aller en bas
Jeu 12 Jan - 17:02

Lana & Pepper

J’avais beau ne pas avoir hésité à faire monté Lana dans mon bureau, je me demandais ce qui pouvais l’amener ici. Elle avait probablement dût entendre parler de ce qui s’était passer entre Tony et moi mais je n’en étais pas certaine. Il était du genre à se venter plus que tout lorsqu’il se passait quelque chose de positif mais il avait tendance à garder bien enfouie tout ce qui se passait mal. Moi lui rendant sa bague de fiançailles faisait plutôt partit de la deuxième catégorie… J’étais donc assez curieuse de la visite de la jeune femme. Et puis il fallait bien avouer que je préférais largement discuter avec elle, plutôt que passer mon temps au téléphone à me faire assassiner pour quelque chose que j’avais fait par amour. Je ne pus réprimer un sourire lorsque la jeune journaliste s’approcha du bureau et commença à jouer presque inconstamment avec l’un des objets. Je n’avais jamais fais le rapprochement jusqu’à maintenant mais je retrouvais bien là les petites manies de Tony. Même si j’avais voulu, j’aurais été incapable de détester Lana, elle n’était pas responsable de la situation. Elle n’avait jamais demandé à se retrouver dans cette position. Et même si ma relation avec Tony battait de l’aile pour l’instant, je continuais de l’aimer. Raison de plus pour accepter entièrement la présence de Lana.

Pas un mot n’était sortit de ma bouche. J’avais laissé Lana parler, je sentais qu’elle avait besoin de sortir ce qu’elle avait sur le cœur. Mais voilà qu’elle se présentait en responsable de ce qui s’était passer. Certes, elle avait été l’élément déclencheur, mais elle n’en n’était absolument pas responsable. Si Tony m’avait fait un peu plus confiance et ne m’avait pas cacher la vérité pour qu’elle soit ensuite révélé au grand jour les choses se serait passer différemment. Et puis il y avait eut se regard, ce regard d’enfant honteux qui s’excuse pour sa faute. Je ne pus m’empêcher d’avoir un petit pincement au cœur. Elle n’était définitivement pas celle qui devait s’excuser. Je fis le tour du bureau pour retirer cette barrière que celui-ci créait et je pris place sur l’une des chaises qui était habituellement destiner uniquement à ceux qui venait me voir et je fis signe à Lana de prendre place. Il était temps de mettre les choses au clair.

Lana. Rien de ce qui s’est passer n’est ta faute. Je n’ai techniquement pas refusé de l’épouser.

Etrangement, j’avais du mal à continuer de parler. Elle ne connaissait effectivement pas assez son père pour savoir ce que j’avais vécu en restant à ses côtés. A l’instant où je pensais qu’il n’y aurait plus aucun secret entre nous et que nous pourrions être juste, simplement, heureux ensemble… Il trouvait un nouveau moyen de me décevoir. Comment expliquer ce que j’avais fais sans lui faire expliquer tout ce qui s’était passé ?

Je sais que Tony n’est pas un saint. Au fond, je me doutais que tu étais là quelque part. Et je suis heureuse que ce soit toi, car j’ai pus te connaître avant de savoir qui tu étais vraiment. Mais Tony… Tony a toujours eut du mal à être véritablement honnête avec qui que ce soit. Je ne lui ai pas rendu la bague parce que j’avais peur de ce que j’avais peur de ce qui pourrait se passer avec toi dans le tableau. Je la lui ai rendu parce qu’après tout le temps que j’ai passé avec lui, après tout ce qui s’est passé… Tony trouve encore le moyen de mentir.

J’étais soudainement bien fatiguée. A trente-six ans, j’avais l’impression d’avoir au moins trente ans de plus. Comme s’il avait épuisé toutes mes réserves de jeunesse. Soudainement, l’idée de donner raison à tous les investisseurs devenait assez tentante. Tout laisser tomber une bonne fois pour toute… Idée bien alléchante. Mais je n’étais pas sûr de vraiment pouvoir y arriver.
©Tagada


As powerful as Natasha Romanoff but far less of a disappointment.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 5 Fév - 19:16
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pepper X Lana
— Désolé de mettre le bazar —
Une famille, c'est cela: quelques personnes qui s'aiment bien et se le répètent, à chaque instant, par de petites attentions, des taquineries, une voix tendre...

Après avoir dit tout ce que j’avais –ou presque- sur le cœur à ma belle-mère. Celle-ci se rapproche de moi et me fait signe de m’assoir près d’elle. Sans attendre bien qu’un peu intimidé je m’assoie près d’elle. Elle n’avait pas l’air de m’en vouloir sur son visage ou dans ces gestes bien au contraire. Pepper semble plus bienveillante et à vouloir me rassurer. Quelque part je suis soulagé de ne pas être la cause du refuse de Pepper de l’épouser. Non vraiment je me sentais super mal … déjà que je me sens mal d’entrer dans cette famille si en plus je fou la merde par ma simple présence … c’est moche. Mais en même temps, bien qu’être soulagé ça m’ennuie pour eux après tout. Ils sont mignons et sont un couple tellement mythique de notre monde. Je soupire cependant de soulagement.

« Je suis soulagé … ! Enfin… soulagé, de ne pas être la cause hein, bien que c’est triste pour le tout. »

Pepper reprend la parole, me disant qu’elle se doutait qu’un jour quelqu’un comme moi pointerait le bout de son nez. Et pour leur bien j’espère être la seule car je pense que Tony le vivrait vraiment mal d’avoir une ribambelle d’enfant née de père inconnu aka lui-même. Déjà que ma venue la secouer. Je pince les lèvres comprenant pourquoi elle a refusé sa demande en mariage. Dans un sens je comprends, si on ne peut pas faire confiance en quelqu’un… Et quelque part j’avais envie de le défendre. Il reste mon père biologique.

« Pour sa défense… la nouvelle là vraiment … vraiment secoué. Je pense qu’il a peur, ça lui fait peur de se retrouver père du jour au lendemain et il avait terriblement peur de vous le dire. Je suis cependant d’accord avec vous. Il n’aurait pas dû vous le cacher. Mais je peux comprendre qu’il est eu peur de vous perdre à cause de ça. Je ne viens pas non plus faire l’avocat du diable. » Dis-je en souriant. « Je pense que Tony est Tony … Il cherche à protéger et pas toujours avec les bonnes solutions. » Je pensais à l’histoire avec Ultron. Je lui souris, un peu timidement face à ma belle-mère. Jamais je n’aurais pensé pouvoir dire ça un jour !

« Puis voilà, je voulais mettre les choses au clairs avec vous et qu’on discute de tout ça… Tout ça … ça m’est complètement étranger. Vous me connaissez, je viens de Boston, d’une famille modeste et je vie actuellement dans le Bronx… J’ai pas envie de perdre pied, j’ai envie de rester moi-même et j’ai envie de vous connaitre autrement que ce que je connais de vous au travers de mes articles. Vous faite parti de ma famille plus que n’importe qui. » Elle partage la vie de Tony depuis des années, elle l’a complètement changé. Elle l’a rendu meilleur.  



Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Big Bang Universe :: Les Etats Unis :: New York :: Manhattan :: Stark Industries-